La Stérilisation

Le rôle de l’opération de stérilisation est d’inactiver les contaminants micro-biologiques et ce faisant transformer des produits non stériles en produits stériles. Un produit est considéré comme stérile, lorsqu’il est exempt de micro organismes viables.

Les instruments entrent en contact avec les tissus vivants, ils sont souillés. La décontamination ou la désinfection des instruments ne constituent qu’une étape de la chaîne de stérilisation. Elle ne peut plus être acceptée aujourd’hui comme une fin en soi. L’objectif final du traitement des instruments étant la stérilisation.

Le matériel stérilisé est celui qui a subi une stérilisation (passage dans un désinfecteur). Le matériel stérile est celui qui, après avoir subi une stérilisation est maintenu stérile dans un conditionnement spécifique.

Pour tous les instruments tranchants ou piquants, le maintien de la stérilité est indispensable. Pour les instruments d’examens ou de soins superficiels, la stérilisation est toujours une obligation, mais le maintien en état stérile ne l’est plus.

Stocker un instrument stérilisé, non emballé dans un tiroir est une aberration, un instrument stérilisé, non emballé, doit être utilisé immédiatement après la désinfection. Un instrument mal stérilisé entraîne un risque majeur de contamination.

La stérilisation n’est jamais une certitude, il y a donc nécessité de procéder à des contrôles réguliers. Les indicateurs physico-chimiques ne permettent d’évaluer que certains paramètres de l’appareil (témoin sur sachet, test de Bowie et Dick, intégrateur à l’intérieur de l’emballage). Les indicateurs biologiques constitués de spores bactériennes permettent de contrôler l’efficacité du procédé.

La stérilité n’est pas une fin en soi, mais un concept. La stérilité étant incontrôlable à postériori, il faut plutôt parler de plus ou moins grande probabilité de stérilité.

TECHNIQUES DE STERILISATION

Chaleur humide : Appareil autoclave utilisant la technique de la vapeur d’eau saturée. Efficacité absolue, rapide et conservation de la stérilité possible. Convient sur tout matériel y compris les thermo-sensibles. Contrôle de la stérilité à l’intérieur de l’emballage possible par utilisation de témoin intégrateur dans le sachet ou container de conservation. Coût de fonctionnement faible, utilisation d’eau déminéralisée.

Vapeurs chimiques : Utilisation d’un appareil identique à l’autoclave (pression et température) mais utilisant une solution alcoolique. Efficacité, rapidité et conservation de la stérilité possible. Convient pour tout matériel y compris les thermo-sensibles. Coût de fonctionnement élevé, produit spécifique ; odeur forte et irritante.

Chaleur sèche (poupinel) : Désinfection par la seule action de la chaleur, répartition non homogène de la chaleur dans l’enceinte ; cycle long et température élevée (60 mn à 180°) conservation de la stérilité difficile et onéreuse. Ne convient pas aux thermo-sensibles. Appareils non agréés dispositif médical.

Désinfecteur à billes : Petit creuset contenant des billes de verre portées à une température supérieure à 210°. Solution pour palier à un défaut d’asepsie sur des instruments métalliques de très petit volume. Aucun contrôle possible.

Appareil interdit à la vente et utilisation, arrêt du 11/12/1998, paru au J.O. du 17/12/1998.

Désinfection chimique : trempage de l’instrumentation pendant une période de 20 à 60 minutes dans une solution en général à base de glutaraldéhyde, méthode efficace pour une désinfection, ne permet pas la stérilisation du matériel. Convient sur tout matériel y compris les thermo-sensibles. Aucun contrôle possible.

La stérilisation par la méthode de la vapeur d’eau saturée (autoclave) est la méthode de référence, sauf lorsque les conditions physiques régnant au cours des cycles de stérilisation sont susceptibles de compromettre l’intégralité du dispositif médical. (source AFNOR).